in ,

Iot, au service des enquêtes judiciaires et de l’application de la loi.

L’iot se developpe à très grande échelle, tous les secteurs sont concernés, il était donc normal, qu’il arrive un jour à aider nos autorités judiciaires; c’est un bien pour la société et l’on doit se réjouir de tels faits.

Iot, au service des enquêtes judiciaires et de l'application de la loi.
Iot, au service des enquêtes judiciaires et de l'application de la loi.

L’IoT au service des enquêtes judiciaires et de l’application de la loi ; l’IoT se définit comme un « ensemble d’infrastructures interconnectant des objets connectés et permettant leur gestion, leur data mining et l’accès aux données qu’ils génèrent ». Chaque objet étant identifiable de manière unique, remplissant un rôle spécifique et inter-opérant au sein du réseau.

Aujourd’hui, les objets connectés sont partout autour de nous. Ils ont envahi notre quotidien, et ce, depuis quelques années déjà. Ils s’invitent dans nos maisons, dans les entreprises de tous les secteurs, dans les ateliers, les usines, mais également dans les rues ; et paradoxe ils sont au service des enquêtes judiciaires et de l’application de la loi.

Intelligents et pouvant observer tout ce qui se passe autour d’eux, les objets connectés sont presque omnipotents à tel point qu’ils deviennent aujourd’hui les premières pièces à conviction que les policiers et les gendarmes identifient lorsqu’ils arrivent sur une scène de crime.

À l’occasion du Forum international de la cybersécurité qui s’est tenu les 7, 8 et 9 septembre à Lille, la gendarmerie nationale française a présenté un jeu de rôle grandeur nature sur le rôle des objets connectés présents dans une scène de crime, un évènement important qui sera évoqué dans cet article.

Découvrez comment de manière générale l’Internet des objets (IoT) s’est mis ou peut se mettre encore plus au service des enquêtes judiciaires et de l’application de la loi.

L’IoT, nouvel élément de preuve sur les scènes de crime

La semaine dernière, plus précisément les 7, 8 et 9 septembre, la treizième édition du Forum international de la cybersécurité (FIC) s’est tenue à Lille. Il s’agit d’un évènement européen qui se tient chaque année traitant de la cybersécurité. Parmi les organisateurs, il y a notamment la Gendarmerie nationale, le CEIS et EuraTechnologies (co-organisateurs) ainsi que la Région Hauts-de-France (co-financement).

Cette treizième édition aura été marquée par un escape game joué par la Gendarmerie nationale montrant le rôle important des objets connectés présents dans une scène de crime dans la résolution d’un crime.

Dans le jeu de rôle grandeur nature, on y voit une personne retrouvée mort sur son lit. Des éléments de la gendarmerie arrivent ensuite sur la scène du crime avec pour mission de découvrir ce qui s’est passé. Dans le scénario, cela passe par l’identification les objets connectés présents sur la scène et l’analyse des données qu’ils renferment. Et c’est le cas aussi dans la vraie vie !

Comment les objets connectés sont analysés dans une scène de crime ?

Pour que les objets connectés puissent être analysés, ils doivent d’abord être identifiés. Lors de son intervention, le capitaine Pierrick Buret, du centre national de cyberassistance, a expliqué « qu’on compte généralement entre 40 et 80 objets connectés sur une scène de crime ».

Ils ne seraient pas faciles à identifier selon lui, mais constitueraient cependant des pièces à conviction importantes, qui pourront servir à prouver des tas de choses.

Une fois tous les objets connectés présents sur la scène de crime identifiés, l’étape suivante consiste pour les enquêteurs à analyser en priorité les objets connectés susceptibles de présenter les preuves qui sont susceptibles de disparaître vite ou bien ceux qui peuvent présenter des preuves importantes. C’est le cas par exemple des caméras connectées, des montres connectés, des smartphones, les moniteurs d’activité physique, les réveils connectés…

Au même moment, les objets nécessitant une analyse approfondie, quant à eux, sont envoyés au centre national d’expertise numérique pour être étudiés.

Quel est le potentiel de l’Internet des objets dans l’application de la loi ?

Un rapport britannique intitulé « La police et l’Internet des objets » datant de 2019 examine le potentiel de la technologie dans l’application de la loi. Ses auteurs ont conclu que si la police parvient à maîtriser l’IoT, elle sera non seulement en mesure d’atténuer les menaces potentielles, mais sera également en mesure de saisir l’opportunité.

Une force de police compatible IoT entraînerait en effet une efficacité accrue et une sécurité publique améliorée. Dans cette partie, nous allons nous intéresser aux principaux domaines où l’IoT commence à faire la différence dans l’application de la loi ?

IoT, Détection de crimes

Il existe maintenant de nombreux appareils IoT grand public installés à la maison et dans les villes intelligentes qui peuvent permettre à la police de savoir où se trouvent les suspects et ce qu’ils font à un moment donné. Les systèmes de sécurité, les capteurs et les alarmes peuvent informer les forces de l’ordre dès qu’un incident se produit ou qu’un crime se produit.

IoT, Collecte de preuves

Comme l’a démontré le « meurtre Fitbit », l’affaire de Richard Dabate datant de 2017 accusé d’avoir assassiné sa femme, l’IoT facilite et accélère la collecte de preuves à partir d’un plus large éventail de sources. Les forces de police du monde entier sont formées sur ce qu’il faut rechercher sur une scène de crime et comment gérer les preuves numériques.

Les assistants virtuels comme Amazon Alexa ou les consoles de jeux capturent et fournissent des informations précieuses. Lorsqu’elles sont traitées correctement, cela se traduit par des preuves de meilleure qualité fournies au système judiciaire.

IoT, Wearables pour les forces de l’ordre

L’informatique vestimentaire ou Wearable désigne les appareils électroniques qui, capables de stocker et de traiter des données, sont intégrés aux habits. Ces dernières années, l’utilisation de la vidéo et de l’audio portés sur le corps a considérablement augmenté.

Celles-ci se sont avérées bénéfiques dans deux domaines importants : elles permettent à l’agent d’enregistrer exactement ce qui s’est passé lors de tout incident pour l’aider dans les actions futures, et elles aident aussi à renforcer la confiance du public car il a été démontré qu’elles améliorent le comportement des agents.

En outre, les appareils IoT sont capables d’enregistrer les signes vitaux de l’agent, tels que la fréquence cardiaque et la pression artérielle, et d’alerter les répartiteurs en cas de signes de problème.

IoT, Armes à feu compatibles Internet des Objets.

Les armes à feu compatibles IoT enregistrent exactement comment et quand une arme à feu a été utilisée, capturant des preuves vitales en cas de recours mortel à la force. Les capteurs de l’arme à feu peuvent inclure des données biométriques et d’autres formes d’authentification pour garantir que seule la personne autorisée peut activer l’arme.

De plus, l’étui compatible IoT informe le répartiteur dès qu’il est déclipsé. Il peut également déclencher automatiquement l’enregistrement sur la caméra portée sur le corps de l’agent, plutôt que d’avoir la caméra toujours allumée ou de laisser la responsabilité de l’agent d’allumer la caméra dans des situations de haute pression

IoT, Véhicules sans pilote comme les drones

Les drones offrent un nouveau niveau de surveillance et fournissent une paire d’yeux supplémentaire lorsqu’ils sont équipés de différents types de caméras. Différents types de capteurs aident les services répressifs à améliorer la qualité de la surveillance.

Les drones peuvent être utilisés dans les poursuites suspectes, la recherche et le sauvetage, la gestion d’événements et bien d’autres situations. En outre, ils permettent aux forces de l’ordre de surveiller les zones où les agents sont susceptibles d’être à risque s’ils s’y trouvaient en personne.

IoT, Prévision et prévention de la criminalité

Les services répressifs du monde entier s’orientent vers une approche fondée sur les données pour prévoir et prévenir la criminalité. L’IoT allié à l’intelligence artificielle (IA) permet de capturer des données en temps réel à partir d’une grande variété de sources. Cela permet d’établir rapidement une image de la scène.

Il permet également d’analyser les données historiques pour créer des systèmes de « cartographie thermique » qui identifient les points chauds criminels et aident à prédire quand et où des crimes spécifiques peuvent se produire.

IoT, Le véhicule intelligent

Il n’y a pas que les officiers qui deviennent entièrement compatibles avec l’IoT, mais aussi leurs véhicules. Armés de caméras vidéo, d’ordinateurs de tableau de bord et de routeurs intelligents, ces véhicules intelligents sélectionnent toujours le meilleur réseau disponible pour rester connecté à la répartition et aux autres véhicules des services d’urgence.

Les véhicules de police peuvent communiquer automatiquement avec les ambulances et les camions de pompiers pour déterminer exactement ce qui se passe lors d’un incident et le communiquer aux agents. De plus, des capteurs à l’intérieur du véhicule suivent les détails de l’agent des forces de l’ordre lorsqu’il quitte le véhicule pour surveiller en permanence sa santé et sa sécurité.

Conclusion – l’iot, qui évolue quotidiennement, sera demain indispensable pour la sécurité publique.

S’il est clair que l’IoT a un grand potentiel pour améliorer l’application de la loi et la sécurité publique, il y a incontestablement de nombreuses questions éthiques et morales concernant les données et la confidentialité.

Les gens ont le droit de ne pas vivre dans une société « grand frère ». Dans le même temps, l’IoT a le potentiel d’accroître la confiance de la communauté dans ses organismes d’application de la loi, et d’améliorer le quotidien des forces de l’ordre, quitte à faire évoluer nos lois.

De nos jours, l’IOT est partout, et l’on n’a pas terminé de parler de lui, les estimations les plus sérieuses prétendent qu’en quelques années, le nombre d’IOT actuel, sera multiplié par 5, et sera utilisé pour tous les usages, notamment dans le monde de la santé.

Autres articles

Written by Antoine

Informaticien depuis des lustres, ancien directeur de Banque (Informatique, Comptabilité, Communication, Refonte Informatique), Antoine est un passionné par les nouvelles technologies, et les innovations liées à l'informatique. Une de ses passions est d'écrire des articles, sur les sujets les plus variés et les plus divers, mais en relation avec le monde du SMS ou de la communication, de la supervision, et de la gestion des astreintes.

Passeport Vaccinal Covid

Passeport Vaccinal Covid ou certificat de vaccination en France

Antivax et Vax , pourquoi tant d’antagonisme et de haine.

Antivax et Vax , pourquoi tant d’antagonisme et de haine.