in

Les intempéries dans les Pyrénées Atlantiques.

Les Pyrénées Atlantiques, encore sous les intempéries, et ce un mois après les inondations du mois de Décembre 2021, La population, craque devant de tels phénomènes incontrolables et qui se répètent avec des fréquences inconnues par le passé. Le temps est vraiment déréglé et c’est inquiétant, pour la région et pour la planète.

Depuis plusieurs jours, tout le secteur des Pyrénées Atlantiques est en difficulté, qui vont jusqu’à la Haute Garonne et l’Ariège. A tel point que dimanche dernier 5 départements ont été placé en vigilence rouge (pour pluies-inondations, selon les communiqués de Météo France. Vigicrues, dans son dernier bulletin, annonçait que les risques de crues étaient réels, dans les Pyrénéees-Atlantiques et dans les Landes, et de réelles craintes de débordements étaient maintenues pour le Gave D’Oléron, et tous ses affluents.

Les précipitations ont été très fortes ces 24 dernières heures, et les cumuls donnaient le frisson : 82 mm à Lauruns-Hourat, 72 mm à Saint Pée-sur-Nivelles, 74 mm au poste EDF d’Artigues et 60 mm à Augirein (Ariège). Par ailleurs, Météo-France à lancé plusieurs alertes entre dimanche soir et lundi, entrainant des phénomènes connus par la population, mais qui se répètent de plus en plus fréquemment.

Des crues, des inondations, et des avalanches, sur l’ensemble de la chaine des Pyrénées, surtout pour la partie de l’Atlantique ; après des chutes très abondantes, le redoux qui a suivi, a remis en question toute la sous-couche neigeuse. Des avalanches spontanées, vont se produire, dans les couloirs habituels, mettant en danger les routes et les stations de ski de toute la région, la neige non stabilisée, emportant dans de tels cas, toute l’épaisseur de neige récente.

A peine un mois après les intempéries et les inondations recommencent.

Au secours, cela recommence comme en décembre 2021, c’est le cri lancé par de nombreux habitants, en précisant «  que nous ayons des inondations, tous les 4ou 5 ans, c’est supportable, et gérable, que nous en ayons tous les mois, cela devient carrément impossible à gérer.

il y a à peine un mois, nous constations la montée des eaux continue, vendredi 10 décembre 2021 au Pays basque et dans le Béarn. Vendredi en début d’après-midi, l’A63 a été coupée à la hauteur de Bayonne, dans les deux sens, en raison des débordements de la Nive. Peu avant 17 heures, alors que plus de seize kilomètres d’embouteillage se sont formés entre Ciboure et Anglet, la préfecture a interdit l’entrée aux véhicules entre Biriatou et Bayonne.

Et la de nouveau, à peine un mois après, cela recommence avec, presque la même intensité, et parfois même pire, par exemple à Nay, les débordements et le niveau de l’eau étaient supérieurs à ceux de décembre 2021. A tel point qu’à IGON, le pont de l’Ouzom a cédé sous la pression de l’eau, d’autres ouvrages ont  été abimes, mais à l’heure où nous écrivons ces lignes ils tiennent encore.

Les départements près des landes et des Pyrénées-Atlantiques tous concernés.

Bien que la vigilance rouge ait été levée, dès lundi soir, en laissant 9 départements en vigilance orange, les péripéties ne sont pas terminées pour autant, les importantes chutes de neige, dans les montagnes, vont forcément générer des accumulations d’eau, qui viendront gonfler les rivières et les rues, et augmenter les problèmes des habitants du secteur, mais pour l’instant il n’y a pas de dégâts majeurs à constater.

Évidemment, les transports scolaires ont été suspendus, et dans certaines portions des routes et des autoroutes, la préfecture a du couper la circulation, idem pour le chemins de fer, Pau, Oléron, Bedous, Bayonne, toutes ces gares sont concernées, renseignez vous avant de prendre le train, car un grand nombre d’annulations ont été planifiées.

Des intempéries, sur toute la région du Sud.

Inutile de préciser que les autorités sont sur le qui vive, par précaution, pompiers, gendarmes, polices, sont à l’affut de la moindre signalisation, car dans certains secteurs, il est craint aussi des glissements de terrain, qui par exemple ont fait couper la RN 20 pour aller en Andorre.
A Toulouse par exemple, la pluie abondant qui est tombé  a  fait que le match de football prévu en ligue 2, Toulouse-Nancy a du être reportée, et partout la Garonne est sortie de son lit, inondant les berges, et tous les alentours.

Dans les Hautes Pyrénées l’Adour a aussi fait des siennes, et à Tarbes les promenades sur les berges étaient interdites, et nombreux sont les villages autour de Lourdes qui sont sous les eaux, entrainant aussi selon Enedis, d’innombrables coupures d’électricité, un autre exemple, la mairie de Saint-Beat a du être évacuée, car il y avait 60 centimètres d’eau, qui continuait de monter.

Peyrehorade et sa région de nouveau face à des difficultés.

Les habitants de Peyrehorade dans le sud des Landes, proches des Gaves réunis, se mobilisent à nouveau, et sont vent debout devant tant de difficultés, même s’ils reconnaissent par lassitude, être habitués. Les riverains des quais ont du monter les affaires sensibles à l’étage, ils sont lassés, fatigués, stressés, constate avec amertume Isabelle Dupont-Beauvais première adjointe à la Mairie de Peyrehorade, et ils s’inquiètent de ces nouveaux débordements.

Tous les cours d’eau sont saturés, entre autres le Gave de Pau, et le Gave D’Oloron, et si l’on suit le site de Vigicrues, les niveaux sont très hauts, atteignant presque un niveau de presque 5,50 m, En dehors de Peyrehorade, d’autres communes landaises sont également concernées, telles que Cauneille, Oyeregave et Sorde-L’Abbaye, et des demandes d’évacuations sont faites ici et là, ce n’est pas encore aussi fort qu’en décembre 2021, mais ce n’est pas loin.

2021, a été la cinquième année la plus chaude sur Terre (Copernicus).

Depuis longtemps que nous tirons les sonnettes d’alerte, cela devait arriver; et  le service européen de surveillance de la Terre a mesuré pour 2021 des concentrations jamais atteintes dans l’atmosphère de gaz à effet de serre produits par l’activité humaine et responsables du réchauffement climatique.

C’est pour cela qu’il est plus que nécessaire de tenir compte des dérèglements climatiques et de leurs conséquences, en amont et en aval. En amont, nous les voyons moins, en aval, nous le constatons chaque jour, par des phénomènes comme celui que décrivons dans le sud de la France. Méditons autant que nécessaire : l’accélération des changements climatiques dans le monde est causée par l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère.

Antonio Rodriguez, Directeur Clever Technologies.

Pour en savoir plus

Written by Antoine

Informaticien depuis des lustres, ancien directeur de Banque (Informatique, Comptabilité, Communication, Refonte Informatique), Antoine est un passionné par les nouvelles technologies, et les innovations liées à l'informatique. Une de ses passions est d'écrire des articles, sur les sujets les plus variés et les plus divers, mais en relation avec le monde du SMS ou de la communication, de la supervision, et de la gestion des astreintes.

Axel Manes et Joël Robuchon

Axel Manes dans le Guide gastronomique Zagat 

Covid-19 il est loin d’être terminé, avertit l’OMS.