in ,

Énergie 2050, RTE produit son rapport si attendu par tous, le nucléaire est mis en avant.

La recherche de la neutralité carbonne, pour 2050, tout le monde se sent concerné, mais les avis divergent, RTE vient de produire son énorme rapport fait à la demande des autorités gouvernementales, qui vont sans le moindre doute alimenter les débats de la future campagne présidentielle, et comme prévu l’opérateur affiche sa préférence pour le nucléaire.

Énergie 2050, RTE produit son rapport si attendu par tous, le nucléaire est mis en avant.
Énergie 2050, RTE produit son rapport si attendu par tous, le nucléaire est mis en avant.

Énergie 2050 RTE : le nucléaire est mis en avant.

Futurs énergétiques 2050, le gestionnaire du réseau de transport de l’électricité en France, a rendu son rapport tant attendu par tous, lors d’une conférence de presse, lundi dernier. Ce rapport volumineux, représente plus de deux ans de travail, et s’il a été fait par RTE, il a fallu aussi la collaboration d’autres acteurs ou institutions nationales, parmi lesquels nous pouvons citer : Le CEA, L’ADEME, l’AIE, L’ANDRA, Enedis ou Meteo-France, institutions qui sont toutes concernées de près ou de loin, par les problèmes de l’énergie.

La cible visée est la neutralité Carbonne pour 2050, alors qu’à ce jour en 2021, les énergies fossiles représentent plus de 60 % dans le mix énergétique français.

Plusieurs trajectoires ont été étudies, et l’on a essayé de tenir compte des souhaits de notre Ministre des Finances Bruno Le maire : qui souhaite faire de la France, le leader Mondial de l’Hydrogène Vert.

Mais nous en sommes encore très loin, la consommation d’énergie annuelle actuelle est estimée à 1.600 (TWh), térawattheures, et la SBNC, (Stratégie Nationale Bas Carbonne), souhaite la faire baisser à 960 TWh, pour l’horizon visé, l’énergie décarbonée est un excellent objectif, mais tout le monde n’est pas d’accord sur les méthodes à utiliser et les moyens d’y parvenir.

Pour ce faire, RTE a prévu 6 scénarios ou options de référence, avec ou sans nouveau nucléaire, mais quand on réfléchit aux soucis rencontrés par l’EPR actuel HS (Flamanville), il est normal de se poser des questions, mais c’est fortement tirer des plans sur la comète de penser, comment nous consommerons l’énergie dans 30 ans, et des pans entiers semblent avoir été oubliés (volontairement ou non), nous dépendons de la Chine pour l’Energie Solaire, et nous dépendons de l’Allemagne pour les Centrales Éoliennes, combien de temps la situation va-t-elle continuer comme actuellement ?

Faut-il augmenter la part du nucléaire, ou le mixer avec l’énergie renouvelable ?

Un souhait que ce monstrueux travail, ne soit pas perdu pour tous, l’approche de la campagne présidentielle, va faire que tous les états majors vont se pencher dessus, et proposer des solutions plus ou moins réalistes, et selon leurs inspirations.

Il nous reste 30 ans, pour atteindre la neutralité carbone visée pour 2050, c’est presque demain, et notre chance peut être c’est d’être à l’aube de la campagne présidentielle, car forcément les équipes des différents candidats vont « fosforer » sur le sujet.

Volontairement (nous l’auteur du présent article), ne prendrons pas de position sur l’énergie à choisir, mais nous contenterons de signaler les faits, rien que les faits, et l’un des plus inquiétants est que pour  l’énergie fossile,  il n’a plus de stock (ceux du pétrole du gaz diminuent à vue d’oeil).

La paris technologiques sont grands, très grands, la construction de notre premier EPR, est très en retard,  en plus de ses coûts abyssaux, et ses retards perpétuels,  constamment, et l’on nous dit qu’il conviendrait d’en construire une petite quinzaine, mais comment et avec quels financements ?

Les SMR ou PMR  tant vantés par Emmanuel Macron,  SMR Small Modular Réactors ou PMR, sont une catégorie de réacteurs nucléaires à fission, de puissance et de taille, bien plus petite que les réacteurs conventionnels, mais leur prix est loin d’être négligeable, et il en faudrait combien ??

Il reste l’hydrogène vert, mais c’est impossible de le faire au débotté, pourtant si l’on veut atteindre la décarbonation rapidement, il faut passer par là, c’est le futur presque certain pour la pétrochimie, l’industrie dite lourde, les aciéries et les cimenteries, mais en avons-nous le temps ?

L’énergie nucléaire inquiète et séduit à la fois, tout le monde la réclame, seuls ne la veulent pas tous les habitants justement très proches de ces centrales nucléaires qui craignent le prochain accident (et les AZF et autres Lubrissols ou Fukushima et Tchernobyl), sont là pour les alerter.

Relativisons toute fois, les accidents nucléaires en France, ne sont pas nombreux, sur l’ensemble de nos centrales nucléaires, le nucléaire sûr à 100 % est un mythe, la France n’est pas à l’abri, et un accident aurait des impacts sur la population, l’environnement et l’économie de notre pays.

Tchernobyl en 1986, Fukushima en 2011, ont beaucoup marqué les esprits, la France est relativement épargnée, et seul 4 accidents de niveau 4, ont eu lieu dans le pays de Molière et tous les 4 à la centrale de Saint Amand les Eaux (Loir et Cher), les habitants de la région sont inquiets.
Les enjeux en énergie sont une vraie interrogation, et quelle énergie faut-il utiliser demain, pour transporter le matériel lourd, les autobus, les camions de ramassage des ordures, les locomotives y inclus les avions, dont le transport aérien se développe de plus en plus, c’est un vrai enjeu !

Energies Renouvelables à 100 %, difficile, mais possible ?

Dans un passé récent RTE, avait déjà envisagé l’optique du 100% des énergies renouvelables, (dans son rapport de janvier 2021, avec l’AIE), elle l’estimait possible mais difficile a y parvenir, en pariant entre autres sur le fait qu’une maison sur deux aurait des panneaux photovoltaïques, nous en sommes loin, très loin, et le solaire ne représente actuellement que moins de 1% en France.

Une autre voie, serait l’hydrogène vert, dénommé aussi hydrogène bas carbone (privilégié par nos hommes politiques Emmanuel Macron, et Bruno Le Maire),  mais ce gaz vert, pourra servir la flexibilité de notre réseau en alimentant une cinquantaine de centrales thermiques, mais nous en sommes encore très loin, et 2050, c’est déjà demain.

De plus en plus de nucléaire, pour un meilleur bilan économique et environnemental.

RTE ne le dit pas, et dans son volumineux rapport, ne répond pas à la question, quelle énergie pour nous demain, elle se contente à travers toutes ses pages noircies, d’éclairer le débat, mais néanmoins elle donne des indications économiques et environnementales, pour que les hommes politiques puissent se décider.

Aujourdh’ui RTE estime le coût de notre système électrique à 45 Milliards par an, dans son rapport, pour 2050, elle oscille entre 59 Milliards et 80 Milliards, selon l’option retenue, et pour nous rassurer Thomas Veyrenc prétend que faire un plein électrique coutera 3 fois moins cher qu’un plein d’essence, ajoutant le bilan des énergies nucléaires et/ou renouvelables est très bon !!!

Dans tous les cas, nous ne pourrons plus compter sur l’énergie dite fossile, il conviendra donc d’aller vers ce mix énergétique, tant attendu et préconisé par tant d’experts, et peu importe où serons construites nos éoliennes (Allemagne ou Canada), et où sera extrait l’uranium nécessaire.

Mais concluons aussi en précisant, que l’uranium enrichi, ne sort pas des sabots d’un cheval, et qu’il faut l’enrichir, avec des centrifugeuses et tout ce qui va autour (énergies importantes nécessaires), donc nous comprenons les sceptiques qui prétendent qu’en arrêtant le nucléaire, nous ferions d’importantes économies, en énergies et en euros.

Written by Antoine

Informaticien depuis des lustres, ancien directeur de Banque (Informatique, Comptabilité, Communication, Refonte Informatique), Antoine est un passionné par les nouvelles technologies, et les innovations liées à l'informatique. Une de ses passions est d'écrire des articles, sur les sujets les plus variés et les plus divers, mais en relation avec le monde du SMS ou de la communication, de la supervision, et de la gestion des astreintes.

API SMS Gateway pour l'intégration et l'envoi de message texto, en toute simplicité

API SMS Gateway pour l’intégration et l’envoi de message texto, en toute simplicité

Digicode GSM copropriété vous pouvez répondre partout

Digicode GSM copropriété vous pouvez répondre partout