in

Fintech low cost, quelles sont les contreparties (cachées) ?

Fintech low cost, quelles sont les contreparties (cachées) ?
Fintech low cost, quelles sont les contreparties (cachées) ?

Ces dernières années, ont connu l’émergence des opérateurs fintech low cost proposant des cartes de crédit rattachées à un compte bancaire pour seulement 1 ou 2 euros par mois. À l’ère du numérique, ces entreprises proposent tous les services bancaires traditionnels sans condition de revenus et pour des cotisations très basses.

Elles ont pour objectif de faciliter les processus financiers, d’apporter aux consommateurs des solutions bancaires innovantes et inclusives. C’est pourquoi plus de 4,5 millions de Français utilisent les services des néobanques et des banques en ligne.

Malgré cette popularité grandissante, certains analystes émettent des inquiétudes quant aux risques du développement de cette forme d’économie pour la stabilité financière mondiale, la cybersécurité et l’exclusion financière à long terme d’une certaine partie de la population. Pour en savoir plus, veuillez lire ce qui suit.

Un risque pour la stabilité financière mondiale

Les plateformes financières à bas prix sont considérées par le Forum Économique Mondial comme des perturbateurs des opérations financières traditionnelles. Cette digitalisation des services permet à ces acteurs de proposer des offres très compétitives qui entrainent un changement radical dans le comportement des consommateurs.

Le secteur bancaire a connu de grands bouleversements ces dernières années avec la digitalisation et l’arrivée de nouvelles offres à bas prix. Des établissements comme Boursorama ou BNP marchent sur les traces du Crédit Agricole sur le nouveau marché des offres low cost.

Compte tenu du paysage réglementaire actuel, cette nouvelle liberté financière risque d’exacerber l’insécurité financière des personnes les plus vulnérables dans un contexte de mondialisation. Par exemple, une personne sous interdit bancaire peut ouvrir autant de comptes bancaires qu’il le souhaite où souscrire à des prêts. Cette situation favorise l’endettement des ménages et ralentir, à terme, l’économie mondiale.

Outre les risques liés à la cybersécurité et la confidentialité des données, la tarification excessive, les prêts excessifs et la fraude sont très élevés dans les pays où la réglementation financière est moins stricte, où les fintechs ne procèdent qu’à peu ou pas de souscription, facturent des prix élevés et ne tiennent pas compte de l’utilisation du prêt et de la capacité de remboursement.

Un problème de cybersécurité

Dans l’économie numérique, les personnes à faibles revenus sont confrontées à des risques considérables. Les consommateurs, et en particulier les personnes vulnérables, peuvent ne pas comprendre pleinement les droits ou les données qu’ils sont susceptibles de céder. Séduites par les prix des services bancaires low cost, ils sont prêts à accepter les clauses de confidentialités imposées par le prestataire.

Les services FinTech reposent principalement sur la collecte d’informations approfondies sur les consommateurs et leurs comportements. Cela a conduit les services financiers à devenir l’utilisateur le plus intensif de données.

Ils numérisent fortement les historiques de navigation de leurs clients. Ils utilisent l’intelligence artificielle à des fins de service client sous la forme de robots ou de chatbots. Elle peut également être utilisée dans les services bancaires mobiles de manière à permettre aux clients de gérer leur argent à toute heure de la journée tout en offrant des fonctionnalités de sécurité et de reconnaissance vocale améliorées.

Passer des commandes via des applications comme Uber ou Airbnb donne des informations précieuses sur le comportement de consommation. À un niveau encore plus sensible, les transactions financières effectuées partout dans le monde numérique constituent des données précieuses aux opérateurs qui souhaitent évaluer vos actions sur le web.

Les défenseurs de la FinTech soutiennent que les consommateurs bénéficieront de produits personnalisés et de prix moins chers rendus possibles par une meilleure compréhension des préférences des consommateurs. Les critiques soutiennent que cela augmente non seulement la portée des violations de données, mais que de telles pratiques pourraient en fait augmenter l’exclusion financière, car les consommateurs considérés comme risqués ou ceux qui n’ont pas d’empreinte numérique pourraient être facturés à un prix plus élevé.

Le risque de crédit d’une personne pourrait même augmenter en fonction des actions d’autres consommateurs ayant des habitudes d’achat similaires. Une société émettrice de cartes de crédit aux États-Unis a été surprise en train d’estimer que ses clients présentaient un risque de crédit plus élevé parce qu’ils utilisaient leurs cartes pour payer des services de conseil matrimonial, de thérapie ou de réparation de pneus, sur la base de ses expériences avec d’autres consommateurs et de leurs antécédents de remboursement.

Ces pratiques nuisent de manière disproportionnée aux ménages à faibles revenus et ne font qu’entraver davantage l’adoption de produits fintech similaire.

Une exclusion financière à long terme

L’absence d’un appareil réglementaire robuste pose des défis supplémentaires aux fintechs. La fintech va de pair avec les progrès des technologies numériques. Pour que tout cela fonctionne, vous avez besoin d’une connexion Internet haut débit, de stations de données, de smartphones, d’un accès sans fil mobile et d’autres bases actuelles avancées.

Le dilemme est qu’une grande partie de la communauté mondiale n’a pas de voie à large bande. Certains pays sont si pauvres que l’idée de posséder un smartphone ou de payer pour accéder à Internet est absurde. Cela signifie que toutes les fonctionnalités rentables de la Fintech seront perdues pour les personnes qui vivent dans ces zones.

De la fraude en ligne aux préjugés algorithmiques qui nuisent injustement aux pauvres, les personnes à faibles et moyens revenus sont particulièrement vulnérables aux outils de surveillance et d’intelligence artificielle.

Elles peuvent facilement amortir ces petits prêts grâce aux prix élevés qu’elles pratiquent. Les emprunteurs qui ne remboursent pas un dollar à temps peuvent rapidement se retrouver sur la liste noire des bureaux de crédit. Il peut être coûteux et long pour les emprunteurs de redresser ce mauvais crédit. Ainsi, l’inclusion financière à court terme peut se traduire par une exclusion financière.

Dans tout changement technologique, il y aura des pertes. Avec la Fintech, la nature de ces pertes risque d’être assez diverse, mais la mécanisation est ici essentielle. Bien sûr, l’industrialisation est une cause d’inquiétude mondiale sur tous les chemins de la vie. À mesure que l’apprentissage automatique et la robotique augmentent, il devient de plus en plus possible que les besoins en travail humain s’épuisent considérablement. Cela peut ne pas être une cause d’intérêt.

Pour en revenir à la section plus ciblée de la technologie financière, il y a une tendance à moins de personnes nécessaires pour mettre en œuvre des services financiers. L’activité à laquelle la fintech évolue génère également le potentiel pour certaines personnes de se produire complètement après. Lorsque vous devez courir juste pour rester au même endroit, il est nécessaire que certaines personnes ne suivent pas le rythme.

Conclusion

Si la fintech recèle un énorme potentiel, elle présente également des risques bien réels, en particulier pour les clients à faibles revenus. La protection des données et la culture numérique peuvent constituer un autre problème, car certains produits fintech reposent sur la vente des données des clients à des tiers.

En gardant à l’esprit une compréhension approfondie de ces risques, le secteur de la fintech et les organisations de services sociaux peuvent s’efforcer d’assurer un environnement inclusif et durable. Surmonter les défis liés aux coûts d’acquisition de clients n’a jamais été aussi difficile dans le secteur des technologies financières.

Allie leurs forces pour instaurer un cadre réglementaire  peut garantir une économie fintech inclusive et équitable, qui offre le même niveau de service, la même facilité d’utilisation et le même niveau de sécurité.

Written by Lagustais

L’automatisation de la cybersécurité, la solution pour lutter efficacement contre la multiplication des cyber-menaces

L’automatisation de la cybersécurité, la solution pour lutter efficacement contre la multiplication des cyber-menaces

Leo Messi au PSG c’est une excellente nouvelle, le PSG a tout pour devenir un très grand d’Europe.