in

Covid-19: Omicron, Quels sont les dangers de ce variant ?

Variant Omicron, est comme un ouragan, qui détruit tout sur son passage, les contagions n’ont jamais été aussi nombreuses, même si la gravité des maladies constatées (est en moyenne moins grave que précédemment), la désorganisation qui pourrait en résulter en 2022, est plus qu’inquiétante.

variant Omicron
variant Omicron

Covid-19: Omicron, les dangers de ce variant ? Un nouveau variant du coronavirus appelé OMICRON se propage depuis quelques semaines dans le monde. Il serait plus contagieux et bien plus dangereux que le précédent variant dénommé Delta.

Fin novembre dernier, des virologues sud-africains dévoile l’existence d’un nouveau variant du coronavirus suffisamment dangereux. Il s’agit d’OMICRON. Il a suffi pourtant de quelques semaines pour que le nouveau variant infeste toute l’Europe. Au Royaume-Uni par exemple, la barre des 120 000 nouveaux cas par jour a déjà été atteinte. Et en France, on vient de dépasser le cap vertigineux des 100 000 nouvelles contaminations quotidiennes.

Selon les experts, les mutations du variant omicron le rendent plus prolifique, dangereux et insaisissable ; pour le cas de la France, le nombre de nouveaux cas journaliers ne fera malheureusement que croître pour les semaines avenir.

Le Conseil scientifique Covid-19 s’inquiète également d’une probable perturbation sévère dans de nombreux secteurs comme le transport, la santé, l’enseignement, le commerce de détail et autres services essentiels au mois de janvier 2022.

Covid-19: Quels sont les dangers de la variante OMICRON ?

En France, comme dans la plupart des pays du monde, non pas un, mais de nombreux variants du SARS-CoV-2 circulent et font des ravages. Mais aujourd’hui, celui qui est le plus à craindre pour sa contagiosité, sa rapidité de propagation et son caractère insaisissable est bien évidemment le variant Omicron, dont le nombre d’infectés double plusieurs fois par semaine.

Le 22 décembre dernier, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a déclaré que le variant représentait, le jour de la déclaration, plus de 20% des cas de Covid en France et devrait être majoritaire au niveau national entre Noël et Nouvel an, et en Île-de-France et à Paris en particulier c’était déjà le cas depuis quelques jours.

Lors de la déclaration, Gabriel Attal n’a pas caché que pour l’heure les autorités manquent encore d’informations sur la dangerosité réelle du variant OMICRON. C’est pourquoi, a-t-il indiqué, « la meilleure des stratégies consiste surtout à se parer à toutes les éventualités ». En ce sens, il incite les gens à faire leur dose de rappel ou bien se faire vacciner, pour ceux qui ne l’ont pas encore fait.

En quoi le variant OMICRON diffère-t-il des autres ?

Les experts sont particulièrement préoccupés par les multiples modifications génétiques du virus. Omicron, ou B.1.1.529, a environ 50 mutations par rapport au virus d’origine et il y en a environ 30 rien que sur la seule protéine de pointe.

La protéine de pointe pour information joue un rôle important en permettant au virus de pénétrer dans les cellules humaines et ainsi de les infecter. Des mutations dans la protéine de pointe rendaient déjà le variant delta plus contagieux. OMICRON, lui, avec plus de mutations et nettement plus contagieux, et donc plus dangereux.

Autre problème, les vaccins actuellement approuvés entraînent le système immunitaire à reconnaître la protéine de pointe. Cependant, si cette protéine change de manière significative, cela pourrait rendre les vaccinations moins efficaces l’avenir, et donc le danger de s’infecter d’avantage est bien là, provoquant l’inquiétude des spécialistes de la santé.

À quel point ce nouveau variant de la Covid-19 est-il dangereux ?

On connait encore peu de choses sur l’évolution de la maladie provoquée par le nouveau variant OMICRON. Angélique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine, a déclaré à la BBC que les cas détectés jusqu’à présent dans son pays n’étaient pas graves. Cependant, les investigations sur cette variante en sont encore à un stade très précoce.

Elle a aussi déclaré au journal Telegraph qu’il fallait craindre que la nouvelle variante ne frappe beaucoup plus durement les personnes âgées qui souffraient également de diabète ou de maladies cardiaques, et qui évidemment sont plus fragiles.

En Norvège, un autre pays très tôt touché par le variant, une observation des scientifiques suggère une évolution douce. La plupart des personnes infectées présenteraient des symptômes plus légers, que ceux du variant Delta.

Le variant Omicron serait donc hautement transférable, mais présente toutefois des symptômes « plus doux ». Cela pourrait aboutir à un bon scénario, avancent les scientifiques qui ont mené l’observation. D’après eux, si de nombreuses personnes sont infectées par une évolution bénigne, cela pourrait renforcer « l’immunité naturelle » et la fin de la pandémie pourrait approcher.

Néanmoins, trop de personnes infectées n’est jamais un bon scénario. Omicron pourrait même pousser la pandémie de Covid-19 dans sa pire phase à ce jour. Voilà pourquoi les experts du monde entier prennent ce variant du virus très au sérieux, et pour preuve de leur inquiétude, c’est le nombre de personnes contaminées actuellement.

Pourquoi est-il nécessaire de se faire vacciner ?

Selon les premières données d’Afrique du Sud, la protection contre les maladies graves est très élevée chez les personnes qui ont été vaccinées trois fois, même avec Omicron. Et aussi, toute personne qui n’a été vaccinée que deux fois est toujours protégée à environ 70 pour cent contre l’hospitalisation. Cela étant dit, il est important de préciser que ce ne sont que des chiffres provisoires, qui évoluent à chaque enquête.

Et en ce qui concerne la contagion et la propagation, la double vaccination offrirait peu de protection contre Omicron. Les personnes boostées, en revanche, sont bien mieux protégées contre l’infection, mais cette protection diminuerait considérablement au bout de deux à trois mois, selon les virologues, d’où la nécessité de faire la 3ème dose.

Notez que de nombreuses mutations d’Omicron sont déjà connues des experts, parce qu’elles proviennent d’autres variants déjà étudiés par le passé. Toutefois jusqu’à présent, personne ne peut dire avec certitude ce que le nouveau mélange de mutations signifie réellement pour la propagation, la gravité de la maladie ou encore la protection immunitaire chez les personnes infectées.

Quoi qu’il en soit, comme l’a évoqué Gabriel Attal lors de son direct mercredi dernier, il est désormais important de ne pas relâcher la campagne de vaccination. En plus de surveiller de près la propagation du virus, d’autres experts appellent également à davantage d’efforts pour augmenter considérablement le taux de vaccination.

Une désorganisation, est-elle redoutée en janvier (France) ?

Sans pouvoir faire quoi que ce soit, le Conseil scientifique Covid-19, une organisation consultative indépendante chargée d’éclairer la décision publique pour lutter contre la pandémie de Covid-19 en France, anticipe une importante perturbation dans de nombreux secteurs en janvier 2022 à cause d’un probable grand nombre de contaminations à Omicron.

Selon eux, les « absentéismes » et les « arrêts de travail » vont probablement se multiplier, ce qui va créer une désorganisation d’un certain nombre de services essentiels, ne serait-ce que par l’effet des arrêts du aux cas contacts, donc le nombre augmente de façon exponentielle, et dont on parle sérieusement de modifier les conditions de ces arrêts de travail.

Cela dit, en ce moment, quelques secteurs seraient déjà touchés. C’est le cas du secteur de l’éducation qui, à cause de la contamination des personnels, des enseignants et des élèves, voit déjà de nombreuses classes fermées pour une durée indéterminée. La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) recenserait déjà près de 23 000 heures de cours déjà perdues cette année dans toute la France, et nous ne sommes pas encore en fin de saison scolaire.

Du côté des hôpitaux, pour l’heure il n’y a pas de saturation générale dans les établissements. Mais malheureusement, cela est attendu en janvier 20222, néanmoins le nombre d’opérations repoussées, ou décalées inquiète les spécialistes, car certaines opérations étaient réellement nécessaires. C’est en tout ce qu’a affirmé jeudi dernier le ministère de la Santé.

Conclusion – pas forcément très argumentée, mais très évidente.

Il faut vous faire vacciner, ou bien il faut procéder sans délai à votre troisième injection, c’est selon nous, qui ne sommes pas des experts, une des rares solutions, pour tenter de freiner cette pénible et meurtrière pandémie, qui remet en question toutes nos certitudes.

Certains pays en Europe, comme l’Autriche envisagent de faire payer à l’entrée (d’avance) les frais d’hospitalisation des malades non vaccinés, on ne va pas les plaindre, mais les non vax, ne sont pas conscients des risques qu’ils prennent et qu’ils font prendre aux autres.

Donc oui, à une vaccination maximale, pour tous, en premier lieu pour tous les malades fragiles et pour tous ceux qui peuvent présenter des risques de transmission (médecins, infirmiers, brancardiers, pharmaciens, corps médical dans son ensemble).

Auteur Antonio Rodriguez, Directeur Clever Technologies 

Written by Antoine

Informaticien depuis des lustres, ancien directeur de Banque (Informatique, Comptabilité, Communication, Refonte Informatique), Antoine est un passionné par les nouvelles technologies, et les innovations liées à l'informatique. Une de ses passions est d'écrire des articles, sur les sujets les plus variés et les plus divers, mais en relation avec le monde du SMS ou de la communication, de la supervision, et de la gestion des astreintes.

Api sms prête à l’emploi

Api sms prête à l’emploi – pour une intégration rapide de l’envoi de SMS dans vos systèmes d’entreprise 

SMS, le premier de l’histoire a été vendu pour 107 000 euros, sous la forme de NFT.

SMS NFT , le premier de l’histoire a été vendu pour 107 000 euros, sous la forme de NFT.