in ,

Cybersecurité 2022 : 9 pratiques de segmentation de réseau pour l’améliorer.

La segmentation c’est ce qui existe de mieux, pour contenir les attaques et les incidents des reseaux informatiques; car en cas d’intrusion, le dommage sera limité au sous-réseau qui en est la victime et non au reste de l’organisation.

Cybersécurité
Cybersécurité

Cybersécurité, 9 pratiques de segmentation du réseau pour l’améliorer; Les cyber-menaces ne cessent d’ évoluer, donnant lieu à des attaques toujours plus complexes et qui malheureusement ciblent pratiquement tout le monde : les simples gens, les entreprises, les gouvernements et même les établissements de soin et de santé ainsi que les organisations caritatives, sans oublier les PME et les ETI.

Il est donc inévitable que votre organisation subisse un incident de sécurité. Exfiltration de données, fuite ou suppression de données, attaque interne malveillante, cassage de mot de passe ou encore hameçonnage, les menaces auxquelles les entreprises sont confrontées sont nombreuses, mais sachez que vous pouvez réduire considérablement les risques en segmentant votre réseau.

Toutefois, il est important de noter que la segmentation réseau est une tâche qui ne s’improvise pas. Elle obéit à des règles bien précises. Et certaines pratiques peuvent grandement contribuer à garantir la performance et la sécurité du réseau segmenté.
Voici en cybersécurité 9 pratiques de segmentation du réseau pour l’améliorer.

Lisez le présent article, pour mieux comprendre ce dont il s’agit ;  Mais d’abord, la segmentation réseau, c’est quoi exactement ?

Qu’est-ce que la segmentation réseau ?

Appelée aussi partitionnement du réseau ou isolation du réseau, la segmentation réseau consiste à
diviser un réseau informatique en plusieurs sous-réseaux plus petits appelés aussi zones afin
d’améliorer la sécurité, simplifier sa surveillance et enfin optimiser sa performance globale.

Il existe plusieurs moyens de segmenter un réseau, comme l’utilisation de VLANs (Virtual local area
network), le déploiement de pare-feu à l’intérieur du réseau pour le segmenter en plusieurs zones ou encore l’utilisation de SDN (Software Defined Network).

Grâce à des logiciels de micro-segmentation, les administrateurs réseau peuvent aussi utiliser la
technologie de virtualisation de réseau pour créer des zones de sécurité de plus en plus granulaires. Il existe aussi des logiciels qui permettent ce que l’on appelle de la macro-segmentation, qui est un autre type de segmentation de plus en plus adopté par les entreprises.

Pourquoi avez besoin de segmenter votre réseau ?

En créant des sous réseaux et en insolant chacun d’eux des autres, la segmentation permet de
contenir les défaillances, les attaques et autres problèmes dans les sous-réseaux où ils sont observés.

Par ailleurs, puisque l’échange de données entre chaque sous-réseau est contrôlé par un pare-feu, la segmentation empêche également les utilisateurs non autorisés dans une zone de compromettre
l’ensemble du réseau.

Par exemple, si un acteur malveillant accède à votre réseau, il tentera de se déplacer sur le réseau
pour accéder et exploiter des données sensibles. Si vous avez un réseau plat (une architecture où
tous les systèmes se connectent sans passer par des dispositifs intermédiaires tels qu’un pont ou un routeur), il est relativement facile pour lui d’accéder à l’ensemble du système.

En effet, alors que les réseaux plats offrent une connectivité rapide et fiable, cet accès latéral entre les systèmes les rend malheureusement vulnérables, surtout si vous avez un réseau interconnecté moderne et complexe.

À l’inverse, lorsque le réseau est segmenté, le trafic malveillant n’aura pas un accès immédiat à
l’ensemble de l’écosystème. Les attaquants ne pourront donc accéder qu’à la section initiale qu’ils
ont violée, ce qui donnera au service informatique le temps nécessaire de localiser la violation et de
minimiser l’impact de l’intrusion.

Les avantages de la segmentation du réseau

Avec les menaces courantes de cybersécurité qui ne cessent de croître et aussi le fait que les réseaux  deviennent de plus en plus complexes, la segmentation du réseau s’impose aujourd’hui comme l’une des stratégies clés pour les organisations qui cherchent à sécuriser leurs réseaux complexes.

Voici quelques avantages de la segmentation réseau :

  • Sécurité renforcée.

Comme évoqué plus haut, elle empêche les logiciels et les personnes
malveillants de circuler librement sur le réseau, ce qui donne aux administrateurs réseau la
possibilité de les localiser rapidement pour les arrêter. À part cela, elle permet aussi de
limiter les dégâts des attaques sur les zones où elles se sont produites.

  • Une surveillance plus simple et plus efficace du réseau.

Quand un réseau est divisé en plusieurs zones, l’identification des incidents et menaces dans chaque zone met moins de temps, et donc il sera plus aisé de découvrir le souci.

  • Amélioration des performances opérationnelles.

Dans un réseau, quand l’augmentation du trafic est trop importante, elle provoque un ralentissement global de celui-ci. Pour éviter cela, sachez que vous avez la possibilité de réduire le nombre d’hôtes, d’utilisateurs et donc de trafic au sein d’un sous-réseau donné, ce qui diminue la congestion et donc améliore les performances à tous les niveaux.

Les meilleures pratiques de segmentation réseau

La segmentation d’un réseau ne peut pas et ne doit pas être prise à la légère, faites une analyse détaillée de tous les points, pour mieux vous organiser, et bien réussir votre segmentation.

  • Identifiez, les utilisateurs et quelles données ils ont besoin pour faire leur travail

Avant de segmenter votre réseau, vous devez d’abord procéder à l’identification de chaque
utilisateur ainsi que de leurs besoins. Quels outils ont-ils besoin pour leur travail et quelles données
exactement. Connaître à l’avance les données qui doivent être accessibles par qui vous évitera de
devoir réorganiser plusieurs fois le processus de segmentation plus tard.

  • Evitez de sous-segmenter ou de sur-segmenter votre réseau

Les projets de segmentation ne sont pas simples à réaliser. La vraie difficulté consiste à déterminer le niveau adéquat de segmentation. Si le réseau est sous-segmenté (trop peu de sous-réseaux créés), le niveau de sécurisation nécessaire ne sera pas atteint.
Et à l’inverse, si un réseau est sur-segmenté, le réseau va être très difficile à gérer. Gardez à l’esprit
que vous devez créer des politiques qui définissent ce qui a accès entre chaque paire de zones. Ainsi, plus vous créez de zones, plus vous devez gérer des règles, et/ou des exceptions.

  • N’accordez aux utilisateurs tiers que l’accès dont ils ont besoin

La grande majorité des violations de réseau se sont produites, car des personnes malveillantes ont
utilisé les comptes d’utilisateurs tiers pour accéder aux données de l’entreprise. Généralement, les
vrais problèmes ne viennent donc pas des comptes des employés, mais bien des utilisateurs tiers qui ont besoin d’une partie des données de l’entreprise pour profiter des services.
Plus alarmant encore, lorsque le compte d’un tiers est impliqué dans une violation, selon une étude,
il faut généralement plus de temps pour la repérer.

  • Adoptez le principe de « moindre privilège »

Ce principe implique de limiter les droits d’accès d’un utilisateur précis dans le réseau d’entreprise,
afin qu’il n’ait accès qu’aux données et outils qui lui sont nécessaires pour effectuer son travail.
En suivant le principe du moindre privilège, vous réduisez considérablement le risque d’attaque,
d’erreurs de manipulation ou encore d’accidents de la part des utilisateurs qui pourraient nuire au
réseau. Cela facilite également la surveillance et le suivi du trafic sur l’ensemble de votre réseau.

  • S’assurer que le chemin légitime vers les données est plus facile que l’illégitime.

Quand un utilisateur se connecte sur le réseau, il est important qu’il passe par un certain nombre de
pare-feu avant de pouvoir accéder aux données et outils dont il a besoin pour son travail.
Supposons que le chemin légitime est celui où l’utilisateur doit passer par deux pare-feu exactement.
Dans ce cas de figure, pour optimiser la sécurité de votre réseau, vous devez organiser son
architecture pour que les connexions illégitimes passent par au moins par  2 pare-feu avant de pouvoir accéder à vos outils et données.

  • Faire un audit régulier du réseau pour voir si l’architecture doit être repensée

Les audits réguliers de réseau n’ont pas que pour seul but d’identifier les éventuelles lacunes au
niveau de la sécurité, ils doivent aussi servir à vérifier si l’architecture du réseau est toujours
adaptée.
Si par exemple depuis la segmentation, un nombre important de nouveaux utilisateurs ou de
ressources ont été ajoutés au réseau, il peut être plus prudent de revoir complétement
l’architecture, et ce avant que des mauvais acteurs n’en profitent pour l’exploiter.

  • Regroupez les similaires et ceux qui interagissent dans les mêmes zones

Avant de procéder à la segmentation de votre réseau, vous devez d’abord inventorier tous vos actifs, les lister puis les regrouper. La règle à suivre est simple : tous ceux qui sont similaires ou interagissent ensemble doivent être regroupés dans les mêmes zones. Cela simplifiera grandement le filtrage et la surveillance.

  • Isolez les systèmes non sécurisés dans des sous réseaux réservés

Idéalement, tous les systèmes qui ne sont pas sécurisés doivent être enlevés du réseau.
Malheureusement, ce n’est pas possible, car il y aura toujours des systèmes difficiles, voire
impossibles à sécuriser complétement, et qui pourtant restent très utiles à l’entreprise. Sachant
qu’ils peuvent être exploités à tout moment par des acteurs malveillants, vous devez isoler ces
systèmes non sécurisés dans des zones bien précises pour qu’en cas d’attaque, les dégâts peuvent
être contenus rapidement.

  • Optez pour l’automatisation

Il existe aujourd’hui des outils qui permettent de mettre en œuvre des processus d’automatisation
dans la gestion des réseaux. Avec ces outils, vous pouvez notamment automatiser les audits de
sécurité, la surveillance du réseau ou encore la définition d’une politique pour chaque zone créée lors de la segmentation.

Auteur Antonio Rodriguez Mota, Editeur et Directeur de Clever Technologies

 

 

Written by Antoine

Informaticien depuis des lustres, ancien directeur de Banque (Informatique, Comptabilité, Communication, Refonte Informatique), Antoine est un passionné par les nouvelles technologies, et les innovations liées à l'informatique. Une de ses passions est d'écrire des articles, sur les sujets les plus variés et les plus divers, mais en relation avec le monde du SMS ou de la communication, de la supervision, et de la gestion des astreintes.

conception d’un ouvrage immobilier

Le protocole à suivre pour la conception d’un ouvrage immobilier

Créer un chatbot sur Facebook

Créer un chatbot sur Facebook, c’est compliqué ?