in ,

Thomas Roux : Métiers de la santé et pourquoi pas Directeur de centre hospitalier ?

Quand on interroge certains enfants, la réponse est immédiate. Quand ils seront grands, ils seront docteur ou infirmière. L’envie d’aider les autres est déjà palpable.

Thomas roux limoges
Thomas roux limoges

Pourtant, combien vont au bout de ce rêve en grandissant ?

Peu sans doute. Au-delà de ces deux professions emblématiques, on peut en citer bien d’autres comme les aides-soignants, les personnes qui viennent aider à domicile des personnes âgées et dépendantes ou en situation de handicap.

Aider les gens, c’est ce qui anime Thomas Roux depuis bien des années. Il a fait le choix d’être directeur de centre hospitalier. Comment et pourquoi ? Itinéraire sans faute d’un passionné.

Comment devient-on Directeur de Centre Hospitalier ou de Clinique ?

A Limoges, Thomas Roux est bien connu des habitants. Même s’il n’est pas de la région, il y vit depuis plusieurs années et est à la tête désormais de la Polyclinique. Pourtant, c’est sans doute quand il était Directeur du Centre Hospitalier d’Esquirol qu’il a le plus communiqué et ce, afin de faire tomber les tabous qui entourent la santé mentale.

Retour en arrière sur un parcours qui semble tout tracé. Thomas Roux veut travailler dans le domaine de la santé. Pour autant, il veut faire évoluer les choses et il sait à quel point les médecins et les professionnels de santé sont, au jour le jour, accaparés par leurs tâches. C’est décidé, il sera directeur d’hôpital et communiquera avec les moyens qui lui seront donnés.

Après une maitrise de droit public, il intègre l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique. Un passage obligé pour qui veut devenir directeur d’un établissement de santé. Dès 2004, il est sur le terrain, à diriger les affaires médicales et les finances en Seine Saint-Denis.

Au fil des expériences, dans diverses régions de France, il doit orchestrer le travail de milliers de personnes et gérer le budget.

A sa nomination au poste de Directeur du Centre Hospitalier d’Esquirol à Limoges, Thomas Roux éprouve un double choc. En premier lieu, s’apercevoir de la désinformation qui entoure la santé mentale. Les français pourraient corroborer ce constat, puisque 76% d’entre eux avouent ne pas avoir de connaissances dans ce domaine. La psychiatrie inquiète et on en détourne les yeux.

Même au niveau financier, le secteur n’a droit qu’à des dotations annuelles. Peu importe la recrudescence des demandes, le nombre de lits et de places qui n’augmente pas pour autant.

Assisté des médias de Limoges, Thomas Roux multiplie les interviews télévisuelles, à la radio et dans la presse. L’homme explique les enjeux du dépistage précoce, invite les habitants à porter un autre regard sur les personnes qui les entourent, afin de changer les mentalités. Là encore, les chiffres lui donnent raison. Une enquête montre que les français sont à 86% favorables à une prise en charge précoce des personnes présentant des troubles de la santé mentale.

Covid-19 et santé, ce que cela a changé :

Suite à ce constat alarmant, Thomas Roux sur Limoges, comme le reste du monde est confronté dans sa pratique au Covid-19. De l’épidémie mystérieuse qui vient de Chine, cela se transforme en pandémie mondiale.

Privés de liberté, les français tournent en rond chez eux. Certains bravent les interdits et se retrouvent contaminés. D’autres qui respectent les gestes barrières et ont coupé, pendant un temps, les ponts vers l’extérieur le sont aussi. La faute aux enfants, aux soirées clandestines, au vent qui véhicule le virus, aux matières sur lesquelles il peut rester des jours. On ne sait rien.

Cette désinformation là encore est dévastatrice. On a pu le constater pendant la crise : le personnel de santé est épuisé, les moyens ne sont pas suffisants mais pourtant, on leur demande toujours plus. Morts et malades font la une.

Les français sont angoissés. L’état de la santé mentale global s’est considérablement dégradé, que ce soit chez les adultes comme pour les enfants. Les pédopsychiatres ne peuvent que le confirmer. Les agendas sont saturés et il faut parer au plus pressé, alors qu’il s’agit de proposer un accompagnement sur la durée et peut-être si cela ne suffit pas une médication pour certaines pathologies.

Alors que la pandémie n’est pas terminée et que d’autres variants succèdent inlassablement aux précédents, Thomas Roux à Limoges change d’établissement et dirige la Polyclinique. Toujours la santé, mais une autre façon de faire, sans doute. Pour ce curieux, en savoir toujours plus est le meilleur moyen d’aider les professionnels qui veulent une reconnaissance de leur travail, tant financière que méritoire.

C’est aussi pour cela qu’il continue sa formation initiale et suit en parallèle de son travail le Cycle des Hautes Etudes du Service Public.

Etre directeur d’établissement de santé, c’est avoir des compétences en gestion financière, mais c’est aussi avoir des qualités humaines pour manager des milliers de personnes travaillant au sein des hôpitaux ou des cliniques.

Enfin, devenir directeur d’hôpital pour Thomas Roux à Limoges ou ailleurs, c’est sensibiliser le public pour que les patients soient mieux pris en charge. Une bonne prise en charge, c’est un dépistage rapide des troubles, un accompagnement de qualité mais aussi des usagers qui ne portent plus un regard noir ou qui détournent les yeux sur la maladie mentale.

Tout le monde peut être un jour ou l’autre touché, selon l’OMS. Il suffit d’une charge mentale trop importante, d’une épidémie comme celle que nous sommes en train de traverser pour faire chavirer les esprits les plus sains.

Si l’on pense à des fous dangereux, la santé mentale, ce sont aussi des personnes en burn-out professionnel, celles qui font une dépression ou qui, confrontées au mal de vivre tentent d’attenter à leurs jours.

S’il dirige maintenant un autre établissement de Limoges, Thomas Roux n’oublie pas son expérience à Esquirol et tout ce qu’elle lui a apporté au point de vue humain.

Il n’y a qu’à voir des entretiens de l’époque pour constater son engagement sur le terrain, pour les professionnels et les patients. C’est cela, et bien plus, le rôle d’un directeur d’établissement de santé. De quoi susciter des vocations.

Pour me suivre  : Thomas Roux Twitter

Written by Lagustais

Calculette pour obtenir une simulation de crédit immobilier

Calculette pour obtenir une simulation de crédit immobilier

Les meilleurs films sur les femmes fortes et indépendantes

Les meilleurs films sur les femmes fortes et indépendantes